LE SANCTUAIRE.....NET....

Accueil du site
Retour Accueil
Haut de la page
Retour à la page précédente
Privat d'Anglemont

Page : 1

Actuellement il y a 0 commentaire(s) sur ce thème
Les commentaires ont été lus 7 fois
Lire les commentaires

* * * *
* * *
* *
*



Privat d'Anglemont



Privat d'Anglemont.

(Premier entretien, 2 septembre 1859.)

On lit dans le journal le Pays, du 15 ou du 16 août 1859, la Notice nécrologique suivante sur Privat d'Anglemont, homme de lettres, mort à l'hospice Dubois.

" Ses inventions ne faisaient jamais de mal à personne ; il n'y eut que la dernière de mauvaise, et elle tourna contre lui. En entrant dans la maison de santé où il vient de s'éteindre, mais où il s'éteignit heureux d'un bien-être nouveau, Privat d'Anglemont imagina de dire qu'il était anabaptiste, et de la doctrine de Swedenborg. Il en avait dit bien d'autres dans sa vie ! Mais cette fois la mort le prit au mot, et ne lui laissa pas le temps de se dédire. La suprême consolation de la croix fut écartée de son chevet ; son convoi rencontra une église, et passa outre. La croix ne vint pas non plus le recevoir sur le seuil du cimetière. Lorsque le cercueil fut déposé dans la tombe, Edouard Fournier, qui prononça sur ce pauvre corps de touchantes paroles, n'osa lui souhaiter que le sommeil, et tous ses amis s'éloignèrent, étonnés de ne l'avoir pas salué un à un avec l'eau qui ressemble aux larmes et qui purifie. Faites donc une souscription après cela, et essayez d'édifier quelque chose sur une sépulture sans espérance ! Pauvre Privat ! Je ne l'en confie pas moins à celui qui connaît toutes les misères de notre âme, et qui a mis le pardon comme la loi dans l'effusion d'un coeur affectueux. "

Nous ferons une remarque préalable sur cette Notice. N'y a-t-il pas quelque chose d'atroce dans cette pensée d'une sépulture sans espérance, et qui ne mérite même pas l'honneur d'un monument ? La vie de Privat eût sans doute pu être plus méritoire ; il eut sans contredit des travers ; mais nul ne dit que ce fut un méchant homme, faisant, comme tant d'autres, le mal pour le plaisir de le faire, sous le manteau de l'hypocrisie. Doit-on croire que, parce qu'à ses derniers moments sur la terre il a été privé des prières accordées aux croyants, prières que ses amis peu charitables ne lui ont pas même données, Dieu le réprouve à tout jamais, et qu'il ne lui laisse que le sommeil de l'éternité pour suprême espérance ? autrement dit qu'il n'est plus aux yeux de Dieu qu'un animal, lui, homme d'intelligence, insouciant, il est vrai, des biens et des faveurs du monde, vivant au jour le jour sans se préoccuper du lendemain, mais, en définitive, homme de pensée, sinon génie transcendant ? A ce compte, qu'il doit être effrayant le nombre de ceux qui rentrent dans le néant ! Convenons que les Esprits nous donnent de Dieu une idée bien autrement sublime, en nous le représentant comme toujours prêt à tendre une main secourable à celui qui reconnaît ses erreurs, auquel il laisse toujours une ancre de salut.

1. Evocation. - Me voilà ; que désirez-vous, mes amis ?

2. Avez-vous une conscience nette de votre situation actuelle ? - R. Non, pas totalement, mais j'espère ne pas tarder à l'avoir, car heureusement pour moi, Dieu ne me semble pas vouloir m'éloigner de lui, malgré la vie presque inutile que j'ai menée sur la terre, et j'aurai plus tard une position assez heureuse dans le monde des Esprits.

3. Au moment de votre mort vous êtes-vous reconnu immédiatement ? - R. J'ai été troublé ; cela se comprend, mais pas tant qu'on pourrait le supposer, car j'ai toujours aimé ce qui était éthéré, poétique, rêveur.

4. Veuillez-nous décrire ce qui s'est passé en vous à ce moment ? - R. Il ne s'est passé rien qui soit bien extraordinaire et différent de ce que vous savez déjà ; inutile donc d'en parler encore.

5. Voyez-vous les choses aussi clairement que de votre vivant ? - R. Non, pas encore, mais je les verrai.

6. Quelle impression fait sur vous la vue actuelle des hommes et des choses ? - R. Mon Dieu, ce que j'en ai toujours pensé.

7. A quoi vous occupez-vous ? - R. Je ne fais rien ; je suis errant ; je cherche, non pas une position sociale, mais une position Spirite ; autre monde, autre occupation : c'est la loi naturelle des choses.

8. Pouvez-vous vous transporter partout où vous voulez ? - R. Non ; je serais trop heureux, mon monde est restreint.

9. Vous faut-il un temps appréciable pour vous transporter d'un lieu à un autre ? - R. Assez appréciable.

10. De votre vivant, vous constatiez votre individualité au moyen de votre corps ; mais maintenant que vous n'avez plus ce corps, comment la constatez-vous ? - R. Heu ! c'est étrange ! voilà une chose à laquelle je n'avais pas encore pensé ; on a bien raison de dire qu'on apprend quelque chose tous les jours. Merci, cher confrère.

11. Eh bien ! puisque nous appelons votre attention sur ce point, veuillez y réfléchir, et nous répondre. - R. Je vous ai dit que je suis restreint comme espace ; mais hélas ! moi, qui eus toujours une imagination vive, je le suis aussi comme pensée ; je vous répondrai plus tard.

12. Quelle était, de votre vivant, votre opinion sur l'état de l'âme après la mort ? - R. Je la croyais immortelle, c'est évident ; mais j'avoue, à ma honte, que je ne croyais pas, ou du moins que je n'avais pas une opinion bien arrêtée sur la réincarnation.

13. Quelle était la source du caractère original qui vous distinguait ? - R. Il n'avait pas de source directe ; d'autres sont profonds, sérieux, philosophes ; moi, j'étais gai, vif, original ; c'est une variété de caractère ; voilà tout.

14. N'auriez-vous pu, par votre talent, vous affranchir de cette vie de bohème qui vous laissait en proie aux besoins matériels ; car je crois que vous manquiez souvent du nécessaire ? - R. Trop souvent ; mais, que voulez-vous ? je vivais comme me poussait mon caractère. Ensuite je n'ai jamais su me plier à ces sottes manières du monde ; je ne savais ce que c'était d'aller mendier une protection ; l'art pour l'art, voilà mon principe.

15. Quel est votre espoir pour l'avenir ? - R. Je ne le sais pas encore.

16. Vous rappelez-vous l'existence qui a précédé celle que vous venez de quitter ? - R. Elle est bonne.

Remarque. - Quelqu'un fait observer que ces derniers mots pourraient être pris comme une exclamation ironique, ce qui serait assez dans le caractère de Privat. Celui-ci répond spontanément :

Je vous demande mille pardons, je n'ai pas plaisanté ; je suis, il est vrai, un Esprit peu instructif pour vous, mais enfin, je ne veux pas plaisanter avec les choses sérieuses. Terminons là ; je ne veux plus parler. Au revoir.

(Deuxième entretien, 9 septembre 1859.)

1. Evocation. - R. Voyons, mes amis, vous n'avez donc pas fini de me faire des questions, très sensées, mais auxquelles je ne puis répondre ?

2. C'est sans doute par modestie que vous dites cela ; car l'intelligence que vous avez montrée de votre vivant, et la manière dont vous nous avez répondu, prouvent que votre esprit est au-dessus du vulgaire. - R. Flatteur !

3. Non, nous ne flattons pas, nous disons ce que nous pensons ; nous savons d'ailleurs que la flatterie serait sans but avec les Esprits. Lors de votre dernier entretien, vous nous avez quittés brusquement ; voudriez-vous nous en dire la raison ? - R. La raison, la voici dans toute sa simplicité : Vous me posez des questions tellement en dehors de mes idées que j'étais très embarrassé de répondre ; vous comprenez donc le juste mouvement d'orgueil que j'ai dû éprouver en restant coi.

4. Voyez-vous d'autres Esprits autour de vous ? - R. J'en vois des quantités : ici, là-bas, partout, partout.

5. Avez-vous réfléchi à la question que nous vous avons posée et à laquelle vous avez dit que vous répondriez une autre fois ? Je la répète : De votre vivant vous constatiez votre individualité au moyen de votre corps ; mais maintenant que vous n'avez plus ce corps, comment la constatez-vous ? en un mot, comment vous distinguez-vous des autres êtres spirituels que vous voyez autour de vous ? - R. Si je puis vous exprimer ce qui me touche, j'ai encore conservé une sorte d'essence qui me donne mon individualité et ne me laisse aucun doute que je suis bien moi, quoique je sois mort pour la terre. Je suis encore dans un monde nouveau, bien nouveau pour moi... (Après quelque hésitation.) Je constate enfin mon individualité par mon périsprit, qui est la forme que j'avais dans ce monde.

Remarque. Nous pensons que cette dernière réponse lui a été soufflée par un autre Esprit, car sa précision contraste avec l'embarras que semble indiquer le début.

6. Avez-vous assisté à vos funérailles ? - R. Oui, j'y ai assisté, mais je ne sais trop pourquoi.

7. Quel sentiment cela vous a-t-il fait éprouver ? - R. J'y ai vu avec plaisir, avec beaucoup de satisfaction, qu'en quittant la terre, j'y laisse encore des regrets.

8. D'où vous est venue l'idée de vous dire anabaptiste et swedenborgien ; est-ce que vous aviez étudié la doctrine de Swedenborg ? - R. C'est une de mes idées excentriques parmi les autres.

9. Que pensez-vous de la petite Notice nécrologique publiée sur vous dans le Pays ? - R. Vous m'embarrassez, car croyez-vous, si vous publiez ces communications dans la Revue, que cela fasse plaisir à celui qui l'a écrite, que je dise, moi, pour qui elles ont été faites, que ce sont de belles phrases, rien que de belles phrases ?

10. Revenez-vous quelquefois voir les endroits que vous avez fréquentés de votre vivant, et les amis que vous avez laissés ? - R. Oui, et j'ose dire que j'y trouve encore une certaine satisfaction. Quant aux amis, j'en avais bien peu de sincères ; beaucoup me serraient la main sans oser me dire que j'étais excentrique, et par-derrière ils m'abîmaient, me traitaient de fou.

11. Où allez-vous aller en nous quittant ? Ceci n'est pas une question indiscrète, mais pour notre instruction. R. Où j'irai ?... Voyons donc !... Tiens, une idée excellente... je vais me payer une petite joie... une fois n'est pas coutume... Je vais aller faire une petite promenade, visiter une petite chambre qui m'a laissé durant ma vie de bien agréables souvenirs... Oui, c'est une bonne idée ; j'y passerai la nuit au chevet d'un pauvre diable de sculpteur qui ce soir n'a pas dîné, et qui a demandé au sommeil le soulagement de sa faim... Qui dort dîne... Pauvre garçon ! sois tranquille, je vais te donner des rêves magnifiques.

12. Ne pourrait-on savoir la demeure de ce sculpteur, car on pourrait lui venir en aide ? - R. Ceci est une question qui pourrait être indiscrète si je ne connaissais le louable sentiment qui la dicte... Je ne puis répondre à cette question.

13. Seriez-vous assez bon pour nous dicter quelque chose de suivi, sur un sujet à votre choix. Votre talent de littérateur doit vous rendre la chose facile. - R. Pas encore ; pourtant vous me paraissez si affables, si compatissants que je vous promets de vous écrire quelque chose. Maintenant, peut-être, pourrai-je être un peu éloquent, mais je crains que mes communications soient encore bien terrestres ; laissez épurer un peu mon âme ; laissez-la quitter cette enveloppe grossière qui la tient encore, et alors je vous promets une communication ; seulement je vous demanderai une chose, c'est de prier Dieu, notre souverain maître, de m'accorder le pardon, l'oubli de mon inutilité sur la terre ; car chaque homme a une mission ici-bas, malheur à qui ne la remplit pas avec foi et religion ! Priez ! priez ! au revoir.

(Troisième entretien.)

Je suis là depuis bien longtemps. J'ai promis de dire quelque chose ; je dirai.

Rien n'est plus embarrassant, savez-vous, mes amis, que de parler ainsi sans préambule, et d'attaquer un sujet sérieux. Un savant ne prépare ses oeuvres qu'après de bien longues réflexions, qu'après avoir mûri longtemps ce qu'il doit dire, ce qu'il doit entreprendre. Quant à moi, je le regrette, mais je n'ai pas encore trouvé un sujet qui soit digne de vous ; je ne pourrais vous dire que des puérilités ; je préfère donc vous demander de remettre la séance à huitaine, comme on dit au tribunal ; peut-être alors aurai-je trouvé quelque chose qui puisse vous intéresser et vous instruire.

Le médium ayant insisté mentalement pour qu'il dise quelque chose, il ajoute : Mais, mon cher, je te trouve étonnant ! Non, je préfère rester auditeur ; tu ne sais donc pas qu'il y a pour moi autant d'instruction que pour vous à écouter ce qu'on discute ici ? Non ; je vous répète, je reste simple auditeur ; c'est un rôle qui sera pour moi bien plus instructif. Malgré tes instances je ne veux pas répondre ; tu crois donc qu'il serait bien agréable pour moi qu'on dît : Ah ! ce soir on a évoqué Privat d'Anglemont. - Vraiment ! qu'a-t-il dit ? - Rien, absolument rien. - Merci ! j'aime mieux que l'on conserve de moi une bonne opinion. Chacun ses idées.

_______

Communication spontanée de Privat d'Anglemont.

(Quatrième entretien, 30 septembre 1859.)

" Enfin voilà que le Spiritisme fait grand bruit partout, et voilà que les journaux s'en occupent, d'une manière indirecte, il est vrai, en citant des faits extraordinaires d'apparitions, de coups frappés, etc. Mes ex-confrères citent les faits sans commentaires ; ils font en cela preuve d'intelligence, car la doctrine Spirite ne doit jamais être mal discutée ou prise en mauvaise part. Pourtant ils n'ont pas encore admis la véracité du rôle du médium ; ils doutent ; mais je réfute leurs objections en disant ceci, qu'eux-mêmes ne sont que des médiums ; tous les écrivains, petits et grands le sont plus ou moins ; ils le sont dans ce sens que les Esprits qui sont autour d'eux agissent sur le système mental, et leur inspirent souvent des pensées qu'ils se glorifient d'avoir enfantées. Certes, ils ne se seraient jamais doutés que moi, Privat d'Anglemont, l'esprit léger par excellence, aurais jamais résolu cette question ; et pourtant je ne dis que la vérité, et pour preuve je donne une chose bien simple : Comment se fait-il qu'après avoir écrit pendant quelque temps, ils sont comme surexcités et dans un état de fièvre peu ordinaire ? L'attention, me direz-vous. Mais lorsque vous êtes bien attaché à une chose, je suppose à regarder un tableau, est-ce que vous avez la fièvre ? Non, n'est-ce pas ? Donc il faut qu'il y ait une autre cause. Eh bien ! je le répète, la cause est dans la sorte de communication qui existe entre le cerveau de l'écrivain et les Esprits qui l'entourent. Maintenant, mes chers confrères, fouettez si bon vous semble le Spiritisme, moquez-vous-en, riez, mais à coup sûr vous vous moquerez de vous-mêmes, vous vous donnerez pour plus tard des verges pour vous... vous me comprenez ? "

PRIVAT D'ANGLEMONT.

Le médium qui avait servi d'interprète à Privat d'Anglemont dans la Société, ayant eu l'idée de l'évoquer en son particulier, eut avec lui l'entretien suivant. Il paraît que cet Esprit a conçu pour lui une certaine affection, soit qu'il trouve en lui un instrument facile, soit qu'il y ait entre eux sympathie. Ce médium est un jeune débutant dans la carrière littéraire, et ses heureux essais annoncent des dispositions que Privat se fait sans doute un plaisir d'encourager.

1. Evocation.

- R. Me voici ; il y a déjà quelque temps que je suis avec toi ; je m'attendais à cette évocation de ta part. C'est moi qui, tout à l'heure, t'ai inspiré les quelques bonnes pensées que tu as eues ; c'était afin, cher ami, de te consoler un peu, et de te faire supporter avec plus de courage les peines de ce monde. Tu crois donc que je n'ai pas souffert aussi, plus que vous ne pensez, vous tous qui avez souri à mes excentricités ? Et sous cette cuirasse d'indifférence que j'affectais toujours, combien n'ai-je pas caché de chagrins et de douleurs ! Seulement j'avais une qualité très précieuse pour un homme de lettres ou pour un artiste : j'ai toujours, et n'importe dans quelle occasion, assaisonné mes souffrances par de la gaîté. Quand je souffrais trop, je faisais des saillies, des jeux de mots, des plaisanteries. Combien de fois la faim, la soif, le froid ne sont-ils pas venus frapper à ma porte ! Et combien de fois ne leur ai-je pas répondu par un long et joyeux éclat de rire ! Eclat de rire simulé, diras-tu ? Eh bien ! non, mon ami, je t'avoue qu'il était sincère. Que veux-tu ! j'ai toujours eu le caractère le plus insouciant qu'il soit possible d'avoir. Je ne me suis jamais préoccupé de l'avenir, pas plus que du passé et du présent. J'ai toujours vécu en véritable bohème, au jour le jour ; dépensant cinq francs quand je les avais, et même quand je ne les avais pas ; et pas plus riche quatre jours après avoir reçu de l'argent que je ne l'étais la veille.

Certes, je ne souhaite à qui que ce soit de mener cette vie inutile, incohérente, irrationnelle. Les excentricités ne sont plus de notre temps ; les idées nouvelles ont fait pour cela de trop rapides progrès. C'est une vie dont je ne me fais nullement gloire, et dont parfois j'ai honte. La jeunesse doit être studieuse : elle doit chercher par le travail à fortifier son intelligence, afin de mieux connaître et apprécier et les hommes et les choses.

Détrompez-vous, jeunes gens, si vous croyez qu'en sortant du collège vous êtes des hommes accomplis ou des savants. Vous avez la clef pour tout savoir ; à vous maintenant de travailler et d'étudier ; à vous d'entrer plus carrément dans le vaste champ qui vous est offert, et dont les routes ont été aplanies par vos études du collège. Je sais qu'il faut à la jeunesse des distractions : le contraire serait contre nature ; mais néanmoins pas trop n'en faut ; car celui qui, durant le printemps de sa vie, n'a pensé qu'au plaisir, se prépare pour plus tard de pénibles remords. C'est alors que l'expérience et les nécessités de ce monde lui apprennent que les moments perdus ne se rattrapent jamais. Il faut à un jeune homme de sérieuses lectures : les auteurs anciens sont souvent les meilleurs, car leurs bonnes pensées en suggèrent d'autres. Il doit surtout éviter les romans, qui n'excitent que l'imagination et laissent le coeur dans le vide. Les romans ne devraient être tolérés que comme distraction, une fois de temps en temps, ou pour quelques dames qui n'ont rien de mieux à faire. Instruisez-vous ! instruisez-vous ! Perfectionnez l'intelligence que Dieu vous a donnée ; on n'est digne de vivre qu'à ce prix.

- D. Ton langage m'étonne, cher Privat. Tu t'es présenté à moi sous des dehors très spirituels, sans doute, mais non comme un Esprit profond, et maintenant... - R. Halte-là ! jeune homme ; je t'arrête. Je suis apparu, ou plutôt je me suis communiqué à vous tous comme un Esprit peu profond, d'accord ; mais c'est que je n'étais pas encore totalement dégagé de mon enveloppe terrestre, et l'état d'Esprit ne s'était pas encore présenté dans toute sa réalité. Maintenant, ami, je suis un Esprit, rien qu'un Esprit. Je vais, je sens, j'éprouve tout comme les autres, et ma vie sur la terre ne me semble plus qu'un rêve ; et quel rêve ! Je suis en partie habitué à ce monde nouveau qui doit être ma demeure pour quelque temps.

- D. Combien de temps crois-tu rester comme Esprit, et dans ta nouvelle existence que fais-tu ? quelles sont tes occupations ? - R. Le temps que je dois rester comme Esprit est entre les mains de Dieu, et durera, - je suppose, et autant que je puis le concevoir, - jusqu'à ce que Dieu trouve mon âme assez épurée pour être incarnée dans une région supérieure. Quant à mes occupations, elles sont presque nulles. Je suis encore errant, et c'est une conséquence de la vie que j'ai menée sur la terre. C'est ainsi que ce qui me semblait un plaisir dans votre monde est une peine pour moi maintenant. Oui, c'est vrai, je voudrais avoir une occupation sérieuse, m'intéresser à quelqu'un qui mériterait ma sympathie, lui inspirer de bonnes pensées ; mais, mon cher ami, c'est assez bavardé, et, si tu veux bien le permettre, je vais me retirer. Au revoir ; si tu as besoin de moi, ne crains pas de m'appeler : j'accourrai avec plaisir. Bon courage ! Sois heureux !

* * * *
* * *
* *
*

Copyright © 2007 - Site Le Sanctuaire.net - version 4.0 - sylvain.administrateur@lesanctuaire.net

2